Zigzag en Grésivaudan à bicyclette par Claudio de la Faverges

A la recherche de l'itinéraire cyclable traversant le Gresivaudan, s'intégrant au mieux dans la randonnée du Léman à la mer (ViaRhôna) par le sillon Alpin en 2008

Voiture garée sur la piste cyclable Ugine faverges

Alors que les clubs cyclos préférèrent saucissonner et rester dans leur monde, en ce mois de mars printanier, après moult soirées à gratter carte et topos, nous décidons, Fanny et l'auteur d'en avoir le cœur net et de dénicher les cheminements a peu près cyclable en Gresivaudan.

Il faut avouer que le départ est laborieux, car malgré l'envie de partir, les 2500 km déjà engrangés à tournicoter bêtement en val d'Annecy, cette bambée est la première de l'année 2008. Une année de plus comme dirait la Giovanna. Les journées sont longues, mes les années passent vite. Il est 7 h, le temps est frais mais le ciel bleu. La descente vers Albertville sans histoire, si ce n'est un gros connard garé en plein au milieu de la piste (voir photo) : clic-clac, il aura sa bagnole à la une celui là.

La traversée de la cité olympique par Saint Sigismond, l'hôpital, le pont de Gresy, est effectuée les yeux fermés, Fanny connaît à présent le chemin. Le chemin de la digue de l'isere, mène par une route tranquille mais bruyante des gogos allant chercher la neige, à quelques kilomètres d'Aiton.

pont de Gresy sur isereLoana a déjà sorti ses miches, mais je saute le ravitaillement désirant quitter le rang des plus de 200 livres, je tape dans les graisses.

Il suffit de passer le Pont de Gresy sur isère, et suivre les berges durant 5 km pour rejoindre les plaines de l'Houra à Aiton

Chamoux, est une petite ville qui n'a pas encore subit les affres de la vie moderne : les indigènes papotent en faisant, je n'ai pas dit " tenant la queue du boucher du quartier ". Les mamies devisent sur la saucisse et le temps qui passe et qu'il fait. Et Fanny est "on the road again ".

Méprisant lamentablement la petite route des villages, je suis les bandelettes cyclables de la D 525, peu larges et assez dangereuses. Par deux fois le coup passa si près, que l'adrénaline me fit dresser le poil et le poing. Salopard de chauffeur d'autobus, c'est pas 10 cm mais 1.5 m qu'il faut.

Les bandes menant à La Rochette et puis Pontcharra sont cyclables. Le chevalier sans peur et sans reproche chevalle sur le rond point.

le Cheylas le BouchetLa route menant au Cheylas, dépourvue de bandes est délicate car étroite malgré une circulation

plaine du Touvet dense. Peu après le rond point du Cheylas, au hameau du Bouchet, nous tournons à droite : Fanny connaît parfaitement

La route longeant le chemin de fer, non électrifié, puis de la plaine du Touvet , évite un bon bout de nationale.

La petite route de cette plaine, permet d'admirer les contreforts impressionnant de la Chartreuse entre les cultures maraîchères.

 

 

LLe Cirque de Crolles, tel qu'un cycliste un tant soit peu attentionné peut l'admirer en passant par les vergers de la Terrasse à Crolles.

La Terrasse : pas encore terrassé, j'opte pour la rue de l'église, fort belle au demeurant, passant parallélement et en dessous de la Rn 90.

Tournicotant entre maraîchers à l'ouvrage et cyclos peu affables et enclins à me renseigner, trop occupés avec les mamies du club, voici Crolles.

La dent du même nom et le cirque de déjection qui surplombe cette belle ville : est impressionnante.

Grâce aux indications d'un cyclo du site vélohorizontal, je déniche sans mal l'ancienne voie du tram.

Les consignes sont les suivantes : " La poste, suivre encore 100 m et tourner à gauche devant le stade et après 100 m , à droite, et puis tout droit --> route du la .., le hameau de La bathie est passé "..

Plongeant dans la plaine de l'isere, en direction de l'autoroute qui gronde tel un torrent de boues, je m'oriente au mieux en direction de Grenoble.

Plusieurs arrêts seront nécessaires à compulser les notes prises sur le site AF3V.org, qui en effet est bien juste : il suffisait de le lire..

Mais heureusement il ya non pas Findus, mais Fondu de VTT, un jeune, quoique, jeune jeune, disons 40 ans, à l'allure impétueuse me conduit sans coup férir vers les pistes cyclable nouvelement goudronnées des berges de liseré :

Le parcours passe devant la base de loisirs de Bois Français

Deux charmantes callypiges body- buildées qui étirent, voluptueuses leurs belles silhouettes, alouettes, m'indiqueront le cheminement final du chemin des Agriculteurs.

L'isere est franchie par la fameuse passerelle de l’Ile d’Amour,Au bout du quai Jongkind, il suffit de passer le pont de Pont de l’Ile Verte, sous la bastille.

Tournant vers la droite, il reste encore 4 km,. Il suffit à présent de longer, sur la digue même si durant quelques hectomètres le revêtement est gravillonneux, admirant les trois tours de Grenoble, le pont du sablons passé, voici la bastille, prise depuis longtemps, mais l'émotion est la.

Au 24 rue du quai de France, à deux pas de la banque : crédit immobilier, le but est atteint, j'ai nommé le début de la piste cyclable du Sud vers ST Quentin.

Alors que Fanny se repose pendant que je sandwiche et saucissonne , je joue mon rôle habituel de la patrouille TCS (touring club suisse) avec Bruno, un italien perdu en capitale du dauphiné.

Libéré, le retour sera presque sans problème, n'ayant toutefois pas totalement imprimé le parcours efféctué avec Jean Louis le vetestise impétueux.

ACyclos de Meylan sur les berges de l'isere en mars 2008ffable je dépanne prestement René un congénère cyclo , septatuagenaire, incapable de démonter sa chambre a air, avec son démonte pneu, alors que la fée des berges, la belle ingénue passe, telle une belle araignée noire , courant dans un déhanché suggestif.

Le retour en Savoie, à présent bien rodé sera sans souci, malgré un léger vent de face : signe d'une forme revenue avec la fuite des kilos.

Mais à force de taper dans les graisses, l'hypoglycémie qui me guettait me trouvera à quelques kilomètres de la Favergie, ralentissant mes ardeurs.

Depuis cette fameuse bambée, claudio ayant exploré les lieux, il faut savoir qu'il est possible de rouler plus ou moins bien (VTT VTC) le long du halage de l'isère, sur les deux rives ; cette possibilité est d'ailleurs évoquée dans le fameux topo guide Léman mer du claudio