Encore sur le chemin vers compostelle, sans l'atteindre ....

1-11-2005 maj 01-03-2013 Fiche contact

Retour recits

Retour accueil Biclou.com

Le chemin de Compostelle étant un peu hors du temps, en cette belle fin de saison, et certains y verrons peut-être une tendance mystique, me voici à nouveau sur le chemin de la foi.
Ayant pour un temps, délaissé la belle Fanny pour mes baskets, roulant dans ma superbe auto au pied du massif central de la France, le départ est fixé à Chavannay, en vallée du Rhône.
Première nuit dans un château : bizarre n’est ce pas, pour un rouge ?, étrange destinée, d’autant plus que Berengère, la maîtresse de séant, volubile et affable, nous fait la conversation toute la soirée.
Et cen’est que fort tard, côte du Rhône aidant que je m’enfile dans le lit à baldaquins de cette étrange demeure, mi château, mi raisin , mi vieille ferme.
« Pfuf-phuf » , bises à Bérangere, sac à dos lourd de victuailles, et de retenues, le chemin débute par une rude montée vers la chapelle de Chavannay., chapelle des pénitens, la bienvenue ......
C’est à travers : bois, vergers et vignes, sous un vent violent et un ciel ou combattent ; gros nuages gris et coin de ciel bleu, qui marquent le début du massif du Pilat, que nous cheminons à présent, dans cette atmosphère du passé.
L’allure est alerte, le cœur léger, la solitude s’ajoutant à cette atmosphère un peu mystique. Par maisons et vieux villages déserts, nous voici à midi.
Saint julien Molin molette, glou-glou, un litre de bière brassée au pays, descendue, il faut à présent grimper par la sévère montée des anges, vers la croix de sainte Blandine.
La montée est rude certes, mais le vent, les sapins, le joli chemin, en rendent l’avancée agréable.
Nous en bavons, mais ce n’est rien du tout à côté des souffrances de Blandine, en 177, martyrisée par ces sales romains.
Cette esclave refusa de renier sa foi, et ces salauds furent plus cruels que les lions, qui refusèrent de la tuer. Elle en a gagné d’être la patronne de Lyon, et des servantes, maigre consolation. Cela vous fait une belle jambe peut-être, mais j’ai envie d’étaler ma culture, à défaut de confiture.
L’étape est marquée à Bourg Argental, jolie petite cité, tranquille, au charme désuèt,
L’hôtel est correct, la chambrette petite, le repas …. Non, non pitié, pas de menu .
Malgré la fatigue, nous admirons les jolies pierres des battisses de la ville
Le retour à Chavannay, effectué par le même chemin, sera l’occasion de cueillir pommes et champignons, malgré la difficulté à relever nos gambettes, à chaque fois.